Hôtels
Ville de destination
Arrivée le Départ le
Adulte(s)  Enfants (-12 ans)  Bébés (-2 ans) 
Nombre d'étoiles 
Voitures
Ville de destination
Début de location :
à
Fin de location :
à
Vols+Hôtels
Ville de départ Ville de destination
Départ le Retour le
Adulte(s)  Enfants (-12 ans)  Bébés (-2 ans) 
Classe Eco  Classe Affaire
Vols+Hôtels
Ville de départ Ville de destination
Départ le Retour le
Adulte(s)  Enfants (-12 ans)  Bébés (-2 ans) 
Classe Eco  Classe Affaire
Vols+Hôtels
Ville de départ Ville de destination
Départ le Retour le
Adulte(s)  Enfants (-12 ans)  Bébés (-2 ans) 
Classe Eco  Classe Affaire
Dernieres minutes
Promos
MONGUIDE DU LIBAN

Ici

LA-BAS

PARTOUT

Toucher la soie

par Carine Mansour

Caresse d'un rouleau de soie libanaise - Mon Liban
Caresse d'un rouleau de soie libanaise - Mon Liban

 

Le travail de la soie au Liban remonte à plus de 3000 ans et fait partie de l’histoire du pays. Habiles artisans, les Phéniciens importent déjà la soie de Chine et la teignent en pourpre, dans les ateliers de Sour et Sidon.

Mais ce n’est qu’au VIe siècle, sous les Byzantins, que la culture du mûrier et l’élevage du ver à soie sont introduits au Liban et en Syrie. L’industrie ne prend toutefois son essor qu’au XVIIe siècle, sous Fakhreddine et assure au Mont-Liban une autonomie économique.

En 1840, les premières filatures industrielles sont construites au Mont-Liban par des Français. L’installation de celles-ci enrichit les habitants de la montagne qui en sont les principaux commerçants. On en dénombre 183 en 1912. L’industrie est à son apogée. Elle constitue l’activité principale de la population.

De même, à partir du port de Beyrouth, le Liban exporte, notamment vers Marseille, des milliers de ballots de soie. Cette activité aurait conduit à l’établissement des agences de transport maritime au Liban. De même, elle est à l’origine de la création de comptoirs financiers et de l’ouverture… de la première banque au Liban !

A partir de 1945, la sériciculture décline au Liban, mais la production se poursuit. En 1975, l’usine de Kfrachima est saccagée. En 1992, un programme de réhabilitation est entrepris. Mais la production de la soie demeure incertaine.

L’histoire de la soie et celle des échanges fructueux entre les peuples de la région est rassemblée en un écomusée privé : le « Musée de la soie » (2001), logé dans une ancienne magnanerie de Bsous (Aley)… qu’il ne faudra pas manquer de visiter ! 


Liban à mon écoute

Newsletter libanaise