Hôtels
Ville de destination
Arrivée le Départ le
Adulte(s)  Enfants (-12 ans)  Bébés (-2 ans) 
Nombre d'étoiles 
Voitures
Ville de destination
Début de location :
à
Fin de location :
à
Vols+Hôtels
Ville de départ Ville de destination
Départ le Retour le
Adulte(s)  Enfants (-12 ans)  Bébés (-2 ans) 
Classe Eco  Classe Affaire
Vols+Hôtels
Ville de départ Ville de destination
Départ le Retour le
Adulte(s)  Enfants (-12 ans)  Bébés (-2 ans) 
Classe Eco  Classe Affaire
Vols+Hôtels
Ville de départ Ville de destination
Départ le Retour le
Adulte(s)  Enfants (-12 ans)  Bébés (-2 ans) 
Classe Eco  Classe Affaire
Dernieres minutes
Promos
MONGUIDE DU LIBAN

Ici

LA-BAS

PARTOUT

Jezzine

par Carine MANSOUR

Vue de Jezzine, Liban-Sud (OT du Liban) - Mon Liban
Vue de Jezzine, Liban-Sud (OT du Liban) - Mon Liban

Jezzine, célèbre station estivale du Liban-Sud, est réputée pour la douceur de son climat et ses beaux paysages.

Mi-ville mi-village, Jezzine, à 22 km de Saida, est la principale station estivale du Liban-Sud. Perchée à une altitude de 950 mètres sur le flanc du mont Niha, elle jouit d’une vue imprenable sur les montagnes et vallées qui l’entourent, une zone encore préservée riche en lacs, tapissée de vignobles, vergers et conifères. C’est en effet dans le département de Jezzine - à Bkassine - que se trouve l’une des plus grandes forêts de pins du bassin méditerranéen.

Mais son attrait le plus important, Jezzine le doit à ses dénivelés marqués et sa richesse en eau : c’est le spectacle impressionnant de ses chutes d’eau, hautes de 70 mètres ! Elles lui ont valu le surnom de « mariée de la cascade ».  Ses vallées regorgent de grottes naturelles, dont l’une servit de refuge à l’Emir Fakhreddine II, qui fuyait les Ottomans (1635).

Jezzine, qui signifierait en syriaque « réserve », aurait été le grenier des Phéniciens, le lieu où ils cachaient leurs trésors. Sa localisation, sur la route naturelle des caravanes allant de la côte sud à Damas, passant par le Chouf et la Bekaa, en a fait une étape de première importance.

Les sarcophages byzantins et les vestiges croisés retrouvés à Jezzine témoignent de son importance historique. Mais c’est surtout au XVIIIème siècle que Jezzine prend son essor et devient la ville chrétienne la plus importante du Sud. Ses principaux monuments, mis à part le Sérail (1898), sont des églises et des monastères : Saint-Marron (début XVIIIème), Saint-Antoine (1774), Sayedet el Nabeh (Notre-Dame de la Source, 1796), Saint-Joseph (1860)… Sainte-Marie ou « Notre-Dame de la Cascade », surplombée d’une grande statue de la Vierge, est devenue un lieu de pèlerinage.

Se promener à Jezzine, c’est flâner dans el Dayaa, le vieux quartier, qui a conservé ses vieilles boutiques et ses maisons traditionnelles à triple arcade, dont certaines, plus récentes (fin XIXème), ont été coiffées de tuiles rouges de Marseille.

C’est dans ces rues qu’est né l’un des symboles du raffinement libanais : la coutellerie de Jezzine. Si la France a Christofle, le Royaume-Uni Chrisitie’s, le Liban, lui, affiche fièrement sa Jezzine. L’artisanat haut de gamme, qui fait l’orgueil de la ville depuis 1770, fait vivre la moitié de ses 20.000 habitants.

Couverts, couteaux, tire-bouchons, coupe… ont en commun l’emblème de leur manche : un oiseau se grattant la poitrine avec son bec. A l’origine, ils étaient taillés dans l’ivoire, puis dans la corne. Aujourd’hui, ils sont fabriqués en mélangeant bois et coton.

On raconte que l’ancien président Fouad Chehab a fait cadeau d’un service de couverts à son homologue français Charles de Gaulle, qui appréciait particulièrement cet artisanat. Depuis, les chefs d’Etat en emportent souvent lors de leurs visites officielles. Aujourd’hui, l’emblème de Jezzine s’est démocratisé, jusqu’à être représenté sous forme de porte-clés, cadeau idéal pour les petits budgets.

Histoire, culture, mais aussi gastronomie. A Jezzine, les petits cafés qui bordaient la rivière ont grandi et se sont mûs en restaurants. Al Shallal et Al Chalouf, notamment, servent de délicieux mezze. Attablé à l’ombre des pins, le regard plongé dans la vallée, on se sent flotter, entre ciel et terre…


Liban à mon écoute

Newsletter libanaise