Hôtels
Ville de destination
Arrivée le Départ le
Adulte(s)  Enfants (-12 ans)  Bébés (-2 ans) 
Nombre d'étoiles 
Voitures
Ville de destination
Début de location :
à
Fin de location :
à
Vols+Hôtels
Ville de départ Ville de destination
Départ le Retour le
Adulte(s)  Enfants (-12 ans)  Bébés (-2 ans) 
Classe Eco  Classe Affaire
Vols+Hôtels
Ville de départ Ville de destination
Départ le Retour le
Adulte(s)  Enfants (-12 ans)  Bébés (-2 ans) 
Classe Eco  Classe Affaire
Vols+Hôtels
Ville de départ Ville de destination
Départ le Retour le
Adulte(s)  Enfants (-12 ans)  Bébés (-2 ans) 
Classe Eco  Classe Affaire
Dernieres minutes
Promos
MONGUIDE DU LIBAN

Ici

LA-BAS

PARTOUT

Danser une dabké

par Carine MANSOUR

La dabké est une danse folklorique villageoise du Proche-Orient, qu’on retrouve au Liban, en Syrie, Palestine, Jordanie et Irak. Elle accompagne souvent les banquets et mariages. C’est une danse de groupe, en ligne, dans laquelle des pas rythmés sont frappés énergiquement au sol.

L’origine de la dabké viendrait du temps où, au 15ème siècle, pour aplanir le toit de sa maison, le propriétaire appelait à la rescousse ses voisins (al awneh, qui veut dire l’aide). Ceux-ci, alignés et se tenant la main, avançaient sur ce toit fait de terre et de branchages, et donnaient là naissance sans le savoir à ce qui deviendra quelques siècles plus tard une véritable institution culturelle.

Au fil des années, al awneh s’est transformé en Dalhouna, un chant improvisé accompagnant la dabké. Sont venus s’ajouter des instruments de musique comme la derbaké (percussion), le nay ou le mejwez (flûtes).

Au Liban, la dabké a été popularisée au 20ème siècle par les compositeurs Assi et Mansour Rahbani, et des chanteurs parmi lesquels on compte Wadih el Safi, Fairouz ou encore Zaki Nassif.


Liban à mon écoute

Newsletter libanaise